Le business du surf se porte bien en Aquitaine

Publié par maxime legardez, le 12 février 2023   860

La Nouvelle-Aquitaine est un lieu de choix pour les surfeurs européens. Le surf apporte une contribution significative à l'économie touristique de la région. Avec l'arrivée des vagues artificielles, le nombre de personnes pratiquant ce sport pourrait augmenter considérablement.

La Nouvelle-Aquitaine attire chaque année plus de 100 000 surfeurs, dont un quart provenant de l'étranger, en quête de vagues parfaites. Selon une étude du Comité régional du tourisme de 2013, près d'un million de journées de surf sont pratiquées le long de la côte aquitaine. La plupart des surfeurs ont moins de 34 ans, avec un léger avantage en nombre pour les hommes (56%) par rapport aux femmes (44%).

Le secteur du surf est en plein essor en Nouvelle-Aquitaine, comme en témoigne la croissance rapide du nombre d'entreprises du secteur. En 2017, la Fédération des Industries de la Glisse a enregistré 84 nouvelles entreprises en moins de 3 ans, soit une augmentation de 50% en seulement deux ans.

Le surf est un secteur clé pour l'économie de la région, générant près de 3500 emplois et un chiffre d'affaires de 1,7 milliard d'euros.

Les professionnels du tourisme ont de quoi se réjouir, car le nombre de surfeurs affiliés à la Fédération française de surf continue d'augmenter depuis ses débuts, passant de 680 000 en 2016.

De plus, les vagues artificielles se développent à un rythme effréné. Pour permettre à un plus grand nombre de personnes de pratiquer le surf dans des régions éloignées du littoral, de nouveaux projets de bassins à vagues voient le jour, tels que le Wavegarden déjà présent au Pays de Galles et au Texas. Ce bassin peut générer jusqu'à 120 vagues par heure, atteignant une hauteur de 2 mètres. Ce projet est développé par une entreprise basque espagnole et soutenu par le cluster Eurosima, basé à Hossegor.

Cette nouvelle façon d'apprendre le surf pourrait multiplier le nombre de pratiquants dans les années à venir et attirer encore plus de touristes surfeurs sur les côtes de la Nouvelle-Aquitaine.