FISH TOI PAS D'L'EAU - Ciné-débat la rivière

Publié par Association FISH, le 10 mai 2024   88

Dans le cadre de l'appel à projet CSTI "Eaux & Océan", un ciné-débat a eu lieu le dimanche 24 mars à 14h30, au cinéma Kursaal à CASTETS  avec la diffusion du documentaire La rivière de Dominique Marchais.

Nous avons eu le plaisir d'accueillir 23 participants et de recevoir Laurent Dégrave, technicien médiateur rivière au Parce naturel régional des Landes de Gascogne, et Sophie Thomas, bénévole au FISH. C'est elle qui a lancé la séance en explicant le projet FISH et la raison pour laquelle ce documentaire en particulier a été choisi : L'envie de comprendre ce que nous pouvons faire face au changement climatique dans le domaine de l'eau et plus précisément sur la préservation des rivières. Puis Sophie a expliqué que le débat permettrait de comprendre où chacun se situe vis à vis des sujets abords et d'ouvrir ensemble une réfléxion sur la complexité des enjeux sur la ressource en eau, les changements de comportements nécessaires....etc 

La projection a alors pu commencé.

Lorsque les lumières se sont à nouveau allumées, les questions et remarques se sont fait entendre : Qui vit sur le bassin versant ? la peur des innondations, la sécheresse, certains se sont sentis découragés à propos des ruisseaux. Le guide d'animation de la théorie du boxeur adapté au sujet de la rivière a été utilisé pour savoir où se positionne les gens. 

Popcorn de mots et présentation des mots des autres ciné-débat : 

Vie , vivant responsabilité collective, prise de conscience, biodiversité, volonté, profondeur, résilience, espoir, interconnexion, sauvetage, écoulement, utilité, économie, jeunesse.

Nous avons ensuite écouté le retour de Laurent Degrave : 

"Ce film n'est pas culpabilisant, on y découvre les amoureux des rivières, la mise en lumière du travail des techiniciens de la rivière, avec un rôle révélateur de ce que la rivière veut dire comme un "chamane", entouré de scientifiques pour l'analyse de l'état de santé des poissons et invertébrés, actions autour du partage et de la sensibilisation du grand public. 

Il a cité cette phrase : "On ne protège bien que ce qu'on connait bien". Il faut donc faire un gros travail de sensibilisation et rappeler l'importance de l'interconnexion des éléments : tout est relié. 

Puis est venu le temps des paroles libre : 

1 - Est-ce que ce film peut-être partagé dans les collèges ? Auprès des agriculteurs ? 

Laurent Degrave organise des conférences avec des agriculteurs qui sont en accord avec l'hydrologie.

2- "Est-ce que vous arrivez à influencer les politiques europpéennes ? 

LD aborde le sujet des huîtres liés aux eaux usées avec la forte pluie où les politiques locales auraient pu organiser la gestion des douches, anticiper et s'adapter. 

"3 -Est-ce que vous démarchez les communes ? "

LD rappelle les évènements de 2020 avec les innondations et la gestion des fossés. Il aborde également les SFN (Solutions fondées sur la Nature) autrement dit le biomimétisme ex :  les barrages chez les castors.

Le territoire est impacté par les incendies et c'est l'occasion d'utiliser le bois mort pour la gestion du flux d'eau. Il nous rappelle qu'1°C de plus c'est 7% de plus d'humidité dans l'air avec des zones très pluvieuses et d'autres très sèches. 

Avec les critères de la loi sur l'eau, il est possible d'alerter en tant que citoyen le syndicat des rivières ou l'institution Adour. 

Il y a une réelle inquiètude à propos des arbres qui connaissent de plus en plus de maladies liées à leurs conditions extrêmes et des stress hydriques importants.

4- Pourquoi y-a-til autant de déchets au bord des rivières alors qu'on a bien avancé à ce sujet ?

Les crues importantes vont chercher les déchets enfouies à l'époque des décharges. Il est possible d'envoyer un échantillon d'eau de notre rivières selon un protocole et l'envoyer à l'associatino pour étudier la quantitié de micro plastiques. En abordant notre santé lié aux microplastiques, la sensibilisation sur le rejet des plastiques dans la nature pourrait être plus efficace.

5-Point sur l'évolution des espèces dans nos rivières. Comment l'anguille va-t-elle s'adapter au changement climatique avec le Gulf Stream ( courants marins) et revenir chez nous ? 

LD répond en citant une phrase  de Chef Seattle :

"Les rivières sont nos soeurs, elles étanchent notre soif. Les rivières portent nos canoës et nourrissent nos enfants. Si nous vous vendons notre terre, vous devez désormais vous rappeler et l'enseigner à vos enfants, que les rivières sont nos soeurs et les votres. Et vous devez désormais montrer pour les rivières la tendresse que vous montreriez pour une soeur.

Quelqu'un compare nos veines avec les rivières, avec nos intestins qui peuvent disfonctionner s'il y a un mauvais apport. 

On finit sur un rappel du rôle de la rivière : Elle évite des crues, apporte de l'oxygène, permet de se balader, de pêcher. Et c'est gratuit ! Les thérapeutes recommandent d'aller à la rivière, écouter le bruit... 

Nous laissons alors place à la séance de cinéma suivante et partons voir l'expositions dans le hall d'entrée puis direction le FISH pour un apéro dinatoire.