FISH TOI PAS D'L'EAU - Représentation médiatique, les évolutions du paysage côtier dans la presse

Publié par Association FISH, le 24 mai 2024   84

Dans le cadre de l'appel à projet CSTI "Eaux & Océan",  la maison des rivages a proposé un atelier "représentation médiatique, les évolutions du paysage côtier dans la presse", au Surf Club de St Girons, dimanche 19 mai à 16h30.

12 personnes étaient présentes dont une majorite issus du surfclub, certains connaissant la plage de Vielle Saint Girons depuis tout petit.
Tanguy a commencé l'atelier par la présentation de la maison des rivages, qui a pour mission de construire une culture autour de la question de la transformation des payasages du littoral.

Puis, il a expliqué l'atelier du jour :

1-Collecter et coconstruire des formes d'acceptation de la transformation du paysage, discuter ensemble, trouver des solutions ensemble par l'approche de la culture et de l'art (forme visuelle, dessin, ...).

2-Travailler sur des grands formats qui seront repris et exposés au festival eco des pins le.23.juin au cap de l'homy.

1ère etape : Court échange en binome sur ce qu'on perçoit comme phénomène d'érosion 

Des discussions émergent . On se questionne sur la définition d'une vague de submersion. Ce n'est pas un tsunami mais lors d'episodes tempetueux ou de gros coef, une creusée perce la dune et la pénètre ; c'est un débordement vague qui va jusqu'aux bâtiments comme par exemple à  Capbreton.

2ème étape : suite à cet echange en binôme, mettre sur papier ce qui a été partagé sous forme de slogans sur la base d'exemples affichés.


De nouvelles remarque émergent avec l'intervention de Tanguy qui apporte son expertise :

Problèmes des éléments fixes installés pour protéger de l'érosion et qui aggravent la situation. L'ONF arrête maintenant de planter des oyats car cela crée des points fixes trop importants.
En charente, il y a 30m d'érosion par an avec un affaissement des dunes. L'ONF doit faire des coupes rases sur 50m sinon les arbres tombent créant des problèmes de sécurité.
L'érosion est entre 1,5 et 2m par an sur Vielle saint girons et depuis 10 ans se recharge.
La discussion s'est poursuivi sur l'évolution de la dune. Elle était plutôt stable étant jeune puis elle a commencé à bouger à partir de 2013 (hiver 2013-2014, à cause de vents forts).
Il a été remarqué que l'ensablement en hiver est important et que l'océan amène énormément de plastique sur la plage.Ce qui a amené la conversation sur la cribleuse qui abime toute la plage, le bas des dunes et détruit les plaques de sables.


Les sujets qui ressortent de tout ces échanges sont la cribleuse qui abime la plage et laisse les microplastiques et la dune qui évolue.

3eme etape : récupération des écritures et dessins pour les afficher et pose photo du groupe devant leur mini expo.

Ces formats A4 seront repris sous format de drapeau au cap de l'homy le 23 dans le cadre d'Eco des pins


Tanguy l'animateur conclut ce bel atelier en faisant remarqué que tout le monde a appris plein de choses grâces aux nombreux échanges, notamment à propos du bas de plage abîmé par la cribleuse et des conditions de surf différents avant son passage.
Il précise que ces ateliers sont complétés par une phase active d'entretiens avec les usagers et chercheurs , et que des ateliers avec les usagers sur la plage sont aussi proposés car le rapport des vacanciers au littoral est different et qu'il est important de sensibiliser aussi ce public.

Un goûter offert par Fish a été partagé pendant l'atelier puis le surfclub nous a invité a un apéro.