Les comètes, les vagabondes célestes

Publié par Eric Chapelle, le 19 mars 2020   120

Xl d4qoyhgx4aam5gq

Les comètes sont des objets flous visibles dans le ciel et bien souvent imprévisibles. C’est pourquoi dans l’antiquité elles avaient été cataloguées dans des phénomènes appartenant à l’atmosphère et pas au monde parfait du ciel. Le mot comète vient de coma : astre chevelu. C'est la vapeur, tout autour du noyau, qui rend la comète observable. Cet astre chevelu était mal perçu : il était certainement annonciateurs de malheurs ! D’ailleurs il était fréquent d’associer la mort d’un souverain au passage d’une comète ; et si un monarque disparaissait sans comète associée c’est que l’on n’avait pas dû réussir à la voir…

Quelques régicides cométaires :
Constantin 337 ;
Attila 453 ;
Empereur Valentinien 455 ;
Mérovée 457 ;
Chilpéric Ier 584 ;
Empereur Maurice 602 ;
Louis le Débonnaire 840 ;
Empereur Louis II 843

Bayeux

Et c’est bien connu, le malheurs des uns faisant le bonheur des autres, il a été associé la défaite du Roi Harold face à Guillaume le Conquérant à Hasting à la venue de la célèbre comète de Halley. C’est cette comète qui est représentée sur la célèbre tapisserie de Bayeux longue de 68 mètres.

Peter Apian, au XVIe siècle, remarque que les queues des comètes sont toujours à l’opposé de la direction du Soleil. À proximité du Soleil, le noyau cométaire est entouré d’une atmosphère : c’est la chevelure ou coma et en direction opposée au Soleil d’une ou plusieurs queues. C’est par l’observation de Tycho Brahé du mouvement de la comète de 1577, que les astronomes placeront les comètes hors de l’atmosphère terrestre : les comètes deviennent des objets célestes.

Edmond Halley se questionne : Et si les comètes obéissaient aux lois de la gravitation ? Edmond Halley remarque d’une comète similaire était passée en 1531, 1607 et 1682… et doit repasser pour Noël 1758 ! Halley meurt en 1742 et pour Noël 1758 : pas de comète… Mais cette comète revient en avril 1759 : c’est un triomphe, posthume, pour Halley et la comète potera son nom !

Nicole Lepaute

Pour déterminer le retour tant attendu de la comète de Halley, Joseph Lalande aidé de Nicole Lepaute, propose une solution (approchée) du problème des trois corps : des gigantesques calculs que cela nécessite « Pendant plus de six mois, nous [Nicole Lepaute et Joseph Lalande] calculâmes depuis le matin jusqu'au soir, quelquefois même à table ». Lalande annonce, en novembre 1758, le retour de la comète pour le 13 avril de l’année suivante. La comète passe à son périhélie tout juste un mois avant la date annoncée, le 13 mars 1759. L'équipe a eu un franc succès : non seulement on sait que les comètes peuvent revenir, mais on peut prédire la date de leur retour.
Il sera ensuit trouvé dans les archives chinoises d’autres passages de la comète de Halley, le plus ancien serait de -610.

Comètes, que l'on craint à l'égal du tonnerre Cessez d'épouvanter les peuples de la terre: Dans une ellipse immense achevez votre cours Remontez, descendez près de l'astre des jours Lancez vos feux, volez, et, revenant sans cesse, Les mondes épuisés ranimez la vieillesse. Voltaire

comète 1910

C'est en observant l’occultation d'une étoile par une comète, que Jacques Babinet calcula la densité très faible des queues cométaires car formées de gaz très peu denses. À partir de la seconde moitié du XIXe, on commence à connaître les composants formant les comètes. En 1910, l’affolement général ! il est détecté de l'arsenic dans la queue d'une comète qui passe à côté de la Terre ! Des charlatans vendent alors des pilules anti-comète !

Fred Whipple va décrire les comètes comme des boules de neige sale. Les comètes sont essentiellement constituées de glace, loin du Soleil, la glace est froide et il ne se passe rien … Mais cette glace en s’approchant du soleil se sublime, forme la chevelure qui est soufflée par le vent solaire et forme une queue à l’opposé du Soleil.