24 heures de la vie d'une femme : une exposition en totale immersion !

Publié par Fabienne Vignes, le 6 novembre 2022   690

Une exposition originale où les visiteurs deviennent acteurs de l'exposition, où ils deviennent une de ces femmes courageuses et résilientes : Marie, Aouda, Abi, Shayda, Juanita ou Vandana.

Des classes de 3eme et 4eme du collège Ausone au Bouscat ont eu la chance de pouvoir vivre cette nouvelle expérience et ont été très touchés par ces vies. Les mots se suffisent à eux-mêmes :

Quentin :"J'ai adoré l'expérience car elle m'a beaucoup ému. J'essaie quand je le peux de faire le mieux possible avec les filles. Cette exposition m'a ouvert l'esprit."

Sheryl :" Cela m'a  rappelé mon pays, le Vénézuela. Les femmes du monde sont fortes."

Diana : " Des souvenirs d'enfance et de ma vie sont remontés : violence et méchanceté ! C'était dur."

Lola :"J'ai ressenti de la fatigue car l'histoire m'apaisait et de la tristesse car l'histoire est très dure."

Jacob :"J'ai eu de la compassion. C'est une histoire traumatisante, j'espère qu'un jour, tout cela disparaitra, même si j'en doute. Il faut garder l'espoir vers un avenir meilleur ".

"Etre dans la peau de Marie est assez difficile. J'ai vu les souffrances qu'elle a subies et son courage pour surmonter tout ça."

"J'ai pu voir la vie de Juanita et cela m'a appris que même dans les moments les plus bas, il faut se relever car ce n'est jamais fini."

" Le plus impressionnant, c'est la salle des masques, je ressentais vraiment l'angoisse et la gêne de notre personnage."

" Ces femmes se révoltaient contre toutes les violences et je les ai vues danser et chanter pour exprimer leur révolte."

Des mots sont très souvent revenus comme : prise de conscience, force à toutes les femmes du monde, touchant, tristesse, espoir, courage, respect.

Les professeurs accompagnants ont eu les mêmes mots pour exprimer leurs ressentis et certains ont ajouté : transmission, respect et protection de la nature.

Un moment fort de partage et de réflexion, qui devrait continuer au collège par des ateliers, pour expliquer et raconter à ceux qui n'ont pu venir à Cap Sciences, la vie de ces femmes et de celles du monde entier .