[Jeudi Lecture] : Darwin À La Plage

Publié par Morgane Petit, le 7 juin 2018   80

Xl 9782100758593 001 x

L’Évolution Dans Un Transat

 

9782100758593-001-X

Les vacances d’été approchent, il est donc grand temps de vous suggérer des ouvrages passionnants que vous pourrez glisser dans votre valise et ressortir en bord de mer ! Il y a quelques temps déjà, je vous avais parlé du recueil de 53 histoires de sciences : les Sciences Ça Nous Regarde (article à retrouver ici), un livre qui parlait surtout de sciences en société et des controverses qu’elles pouvaient donc susciter.

Aujourd’hui, j’ai envie de vous présenter un ouvrage qui traite plutôt de vulgarisation scientifique. Aujourd’hui, je vous emmène dans le monde passionnant, vaste et toujours en mouvement de la biologie évolutive et de la génétique.

 

La transmission d’une science contextualisée

Darwin À La Plage, l’Évolution Dans Un Transat, a été écrit par Jean-Baptiste de Panafieu et publié chez Dunod en 2017. C’est donc un ouvrage récent qui prend en compte et présente certaines des avancées nouvelles de ce domaine de la biologie.

Le livre est bien structuré avec 7 parties qui parlent d’abord de la vie de Darwin pour ensuite présenter certains concepts propres à la biologie évolutive et à la génétique, puis finir sur le futur et ce qui advient du « darwinisme » aujourd’hui.

Biologie évolutive : cette science cherche à « comprendre le monde vivant et son évolution. Elle étudie donc les forces évolutives (sélection naturelle, mutation, recombinaison, dérive, migration…) qui font changer les êtres vivants au cours du temps. » (d’après Michel Raymond, directeur de recherche au CNRS).

Le jeune Darwin : son voyage initiatique et ses remises en question

Une chose qui m’a beaucoup plu avec ce livre, c’est que, même s’il s’agit d’un ouvrage de vulgarisation scientifique qui veut nous présenter et nous expliquer des concepts parfois assez poussés de biologie, il y a également une partie historique. L’auteur prend soin de rattacher les découvertes scientifiques à un contexte et à une histoire. Les savoirs transmis me semblent donc plus accessibles, car liés à une véritable part de culture et d’humanité. On comprend vraiment comment ils ont pu se construire et dans quels contextes sociaux ils ont pu évoluer, et c’est une chose qui m’a souvent manqué dans mon cursus scolaire.

On démarre donc ce livre sur la jeunesse de Darwin, parti à 26 ans faire le tour du monde à bord du Beagle, empli de certains dogmes religieux, car oui, Darwin voulait devenir pasteur ! Si, comme moi, vous ne le saviez pas, c’est là où vous vous demandez comment c’est possible de pondre la théorie de l’évolution tout en voulant servir l’Église ?

Et bien, vous découvrirez au fil de ces pages, que ce tour du monde de 5 ans (entre 1831 et 1836), ainsi que nombre de ses lectures, lui ont ouvert les yeux et l’ont amené à remettre en question de nombreuses choses qu’il tenait pour acquises, notamment en ce qui concerne l’évolution des espèces.


L'article original est à retrouver sur mon blog La Science En Passant : ici.

Darwin's_finches_by_Gould_0

Les célèbres Pinsons de Darwin.

La naissance et l’accueil de la théorie de l’évolution

Ce sont sûrement les passages qui m’ont le plus intéressés. Darwin a rédigé une première version de son travail en 1844, il ne souhaitait cependant pas le publier avant d’avoir des preuves irréfutables (rappelez-vous la date et imaginez le tollé qu’il risquait de faire avec la publication de son travail). Pourtant, il n’a pas eu le choix (je vous laisse découvrir pourquoi) et une première édition de L’Origine des Espèces est donc publiée en 1859.

Effectivement, cette publication a déchaîné les passions, aussi bien chez les naturalistes de l’époque que dans le grand public. Forcément ; il y avait quand même un changement de paradigme ! On passait de l’idée d’une Nature bienveillante avec un schéma bien défini et déterminé à quelque chose qui était purement hasardeux et qui, comble de l’horreur, suggérait que l’être humain (pire, l’homme !) n’était qu’un animal parmi d’autres ! Jean-Baptiste de Panafieu décrit bien les débats et les controverses qui sont apparus à ce moment-là. Vous ferez notamment (peut-être) la connaissance de Lamarck et de sa théorie transformiste qui explique (?) que ce sont les « habitudes, [la] manière de vivre [des animaux] qui ont, avec le temps, constitué la forme de [leur] corps, le nombre et l’état de [leurs] organes, enfin les facultés dont [ils] jouissent » (merci Mère Nature).

Quant au reste de la société, il crie au scandale ! La théorie de l’évolution et surtout l’idée de la sélection naturelle sont un blasphème, même (et surtout !) dans la société anglaise anglicane du début du XIXè siècle : « c’était toujours dans la Bible qu’il fallait lire l’histoire de la Terre ». Cela restait vraiment difficile pour cette population de remettre en cause les dogmes de l’Église, il y avait encore besoin de temps pour que la société s’ouvre l’esprit et « s’éclaire ».


Le darwinisme aujourd’hui

Une chose finalement presque incroyable pour moi (oui la naïve revient), et que j’ai découvert dans ce livre, c’est la puissance qu’à le créationnisme encore aujourd’hui. J’ai quand même appris que « depuis 30 ans, tous les sondages montrent que près de la moitié des citoyens américains refusent l’idée d’une ascendance animale de l’homme » (le petit « h » est-il volontaire ?). Près de la moitié !!! Et ce sont quand même des centaines de milliers de visiteurs qui se déplacent pour découvrir les « musées de la création » au Kentucky et au Texas où l’on vous explique que la Terre à 6 000 ans et que l’être humain a côtoyé les dinosaures… Sans parler des fondamentalistes religieux (poke l’Arabie Saoudite) qui interdisent purement et simplement l’enseignement de l’évolution et qui soutiennent que le darwinisme est un « outil de propagande […] à l’origine de l’eugénisme et du racisme des sociétés occidentales ».

La vulgarisation des concepts darwinistes

Tout au long de son ouvrage, Jean-Baptiste de Panafieu prend soin d’être pédagogue ; de nombreux termes et concepts scientifiques font l’objet d’apartés plus ou moins détaillés où l’auteur prend le temps de les expliquer avec un vocabulaire assez simple et surtout des exemples et des anecdotes. C’est vraiment ces deux outils qui font de ces passages des moments agréables à lire et qui ne les font pas apparaître comme des pavés de science dure, brute et imbuvable.

Vous pourrez notamment (re)découvrir ce que sont les chromosomes, les gènes et l’ADN et ce qui les différencie, mais il vous sera également possible de vous familiariser avec la notion de « théorie scientifique » ou encore les « gènes de l’Ève ».

Une fois encore, ce qui est intéressant, c’est que ces connaissances ne sont pas amenées tel un cheveu sur la soupe. Elles sont proposées au fil de l’histoire et toujours en lien avec le contexte social de l’époque (avant, pendant ou après Darwin). C’est, je pense, ce qui fait la force de ce livre : on apprend sans vraiment trop s’en rendre compte.

Un livre pour tous ?

C’est peut-être sur ce point que je mettrais un bémol. Je suis généticienne à la base, donc beaucoup de choses étaient pour moi évidentes dans ce livre et rien ne m’a posé problème.

Il m’a donc fallu faire un effort pour savoir si, oui ou non, ce livre est accessible à tous. Je vous l’ai dit, l’auteur a vraiment déployé des trésors de pédagogie. Il prend son lecteur par la main pour l’amener progressivement vers des notions plus ou moins compliquées (il parle quand même d’épigénétique ; je vous laisse découvrir son explication que je trouve vraiment excellente !). Pour autant, je me demande s’il ne faut quand même pas avoir un minimum de connaissances de base en biologie (niveau 3ème-seconde ?) pour vraiment saisir tous les messages.

Par exemple, il parle de « nucléotides » et de « bases azotées » lorsqu’il présente l’ADN sans vraiment expliquer ce que c’est. Dans ce cas-là, je me demande si c’est vraiment pertinent d’en parler et si cela ne risque pas plutôt d’embrouiller ou de « faire peur » au lecteur. De même pour le terme ARN, qui, contrairement à l’ADN, n’est pas toujours connu du grand public.

Par contre, pour toutes les notions historiques qu’il présente, il n’y a aucun souci et on peut suivre très facilement sans avoir besoin de connaissances particulières en histoire.

Peut-être que c’est finalement comme cela qu’il faut lire ce livre : une belle histoire de Darwin et de sa théorie de l’évolution, ponctuée de plusieurs digressions scientifiques.

Je vous laisserai là-dessus et j’ajouterai juste un fait de la vie de Darwin que j’ai trouvé finalement assez ironique : il a épousé sa cousine germaine, intéressant lorsque l’on sait l’impact que peut avoir la consanguinité sur une population…

Charles_Darwin_photograph_by_Herbert_Rose_Barraud,_1881