Exploitation de la restitution 3D sur le Domaine Archéologique Départemental de Plassac

Publié par Domaine archéologique Départemental de Plassac villa gallo-romaine, le 30 septembre 2019   63

Xl image synthese 3d plassac cgal33

4e rencontre de la Communauté Echosciences

« Les médiations de l’archéologie »

04/07/2019

Exploitation de la restitution 3D sur le Domaine Archéologique Départemental de Plassac

 

Le projet :

La villa gallo-romaine de Plassac est construite sur les berges de l’estuaire de la Gironde au premier siècle après J-C. Cette construction inspirée des modèles italiens est occupée jusqu’aux alentours du 5ème siècle. On identifie clairement trois grandes campagnes de travaux et modifications architecturales.

En 1984 le Département de la Gironde devient propriétaire du site et lance une grande campagne de travaux de protection et de restauration. Une structure en métal rappelant les volumes antiques permet de protéger les mosaïques du 4ème siècle.  Pour le reste des vestiges le choix est fait de cristalliser et de consolider les arases de mur correspondant à la seconde période de la villa (120-140) lors de laquelle elle s’étend sur 6 000 m2.


En 2006 un film de restitution 3D est réalisé par Archéovision, le film propose une visite virtuelle du deuxième état de la villa (120-140).

En 2011 une réactualisation du film permet d’ajouter une partie relative aux pièces à hypocauste pavées de mosaïques du troisième état. 

Le produit final est une visite guidée de 12 minutes accompagnée d’un commentaire sonore. Le film est visible dans un espace projection aménagé dans le musée associatif. Le visionnage peut se faire seul mais l’animateur peut également prendre la main sur les commentaires et le déroulé du film. La restitution est également disponible en ligne et accessible à tous.


Les images  3D sont également exploitées sur des panneaux de médiation installés sur le site archéologique. Des QR codes activent l’extrait du film correspondant à l’endroit où se trouve le visiteur.

Les points positifs :

 

  • Aucune maintenance particulière n’est nécessaire à la diffusion du film, la borne numérique disponible dans le musée ne nécessite aucune connexion internet. Les visiteurs utilisent leurs propres smartphones afin de déclencher les QR codes.
  • Facilite le repérage du visiteur sur le site, et aide à la représentation des volumes et des décors d’origine.
  • Le support 3D ouvre de nouvelles perspectives de médiation sur les méthodes de restitution archéologique (voir projets de l’Atelier forma urbis).
  •    

Les points d’amélioration :

 

  • Mettre à jour un film 3D en terme d‘avancées technologiques ou de la recherche archéologique sur le site est encore très couteux.
  • Les problèmes de réception de réseau 3g ou 4g sur le site rendent parfois l’utilisation des QR codes difficile.