Les élèves du collège Jean Moulin de Poitiers rencontrent des doctorantes

Publié par Aurore Bourgoin, le 29 juin 2020   13

Xl seme 20 f vrier 2020 coll ge jean moulin poitiers 28 600x450

Le jeudi 20 février, les élèves d’une classe de troisième du collège Jean Moulin de Poitiers ont pu échanger pendant près de deux heures avec des doctorantes de l’Université de Poitiers. Cette intervention, organisée par les enseignantes du collège, dans le cadre de l’opération Sciences En Mouvement d’Elles portée par l’Espace Mendès France, avait pour objectif de faire découvrir aux élèves des parcours de femmes scientifiques, afin de briser les stéréotypes, et pourquoi pas, susciter des vocations.

Après les présentations de chaque intervenante, ce sont les élèves eux-mêmes qui, répartis en six groupes de quatre, sont allés à la rencontre des doctorantes pour les interroger. En effet, les collégiens avaient déjà préparé des questions à poser aux étudiantes, après avoir décortiqué des portraits journalistiques dans l’objectif de réaliser leur propre interview. Si les premiers échanges ont pu être hésitants, les apprentis journalistes se sont rapidement montrés à l’aise avec les intervenantes qui n’étaient pas à court d’exemples et anecdotes passionnantes sur leur quotidien de chercheuse.

Pendant les deux heures, les six groupes d’élèves ont chacun pu échanger avec deux doctorantes aux profils variés parmi :

  • Valentine Turpin, doctorante au Laboratoire de Neurosciences Expérimentales et Cliniques (LNEC) à l’Université de Poitiers. Son sujet de thèse porte sur l’autisme.
  • Agathe Schmider, doctorante en mécanique des fluides à l’Institut PPrime.
  • Rosalie Rouphael, doctorante au laboratoire Laboratoire d’Informatique et d’Automatique pour les Systèmes (LIAS) à l’Université de Poitiers.
  • Anaïs Canteau, Marine Lavaud et Anne-Claire Boisson, diplômées du master génie cellulaire de l’Université de Poitiers, primées au concours international IGEM à Boston pour leur projet destiné à piéger les frelons asiatiques, désormais entrepreneuses travaillant à la création d’un fablab à Poitiers.
  • Marie Bernardo, doctorante en psychologie cognitive – expérimentale au sein de l’équipe EXSECO de l’Université de Poitiers. Son sujet de thèse s’intitule « Optimalité et apprentissage : influence de la fiabilité des informations sensorielles dans l’apprentissage de tâche séquentielles ».
  • Adélie Salin, doctorante au Laboratoire de Neurosciences Expérimentales et Cliniques (LNEC) – Université de Poitiers. Son sujet de thèse s’intitule « Rôle du circuit amygdale-insula dans le risque de rechute à la cocaïne ».

L’Espace Mendès France remercie les enseignantes et les élèves du collège Jean Moulin ainsi que les doctorantes de l’Université de Poitiers pour leur participation à cette matinée d’intervention dans le cadre de Sciences En Mouvement d’Elles.