MA VIE - MA SANTE Rencontre #2 : Séniors, quelles activités physiques ?

Publié par Blandine De La Rochebrochard, le 8 juillet 2022   240

Pour ce deuxième RDV du cycle « Ma Vie – Ma Santé », un sujet d’actualité à destination des seniors, celui de l’activité physique !

Rester en forme, entretenir sa santé, découvrir de nouvelles activités physiques et sportives… La vie des seniors est en réalité très active ! À l’heure où l’on vit de plus en plus tard, l’activité physique n’est-elle pas un moyen de garder une forme de jeunesse et ainsi prolonger son espérance de vie ? Mais au fait, qu’entend-on par « sénior » et quels sont les bienfaits du sport sur la santé et en particulier, justement, chez les seniors ? En quoi l’activité physique et le sport agissent-ils sur le ralentissement du vieillissement ? Quels sports sont recommandés ou à éviter ou encore, quelles activités physiques pour quels maux ? Sports, seniors et nouvelles technologies : quelles sont les nouvelles pratiques ?

Autant de questionnements auxquels les 2 intervenantes ont tenté de répondre… Claire DELLECI, médecin dans le Service de Médecine physique et de réadaptation au CHU de Bordeaux, et Nathalie SALLES, cheffe de pôle de gérontologie au CHU de Bordeaux.

Mais alors qui est sénior ? Nathalie Salles vous répond : « On est sénior à 60 ans pour les allocations d’autonomie. Dans le sport, on peut l’être à sa majorité (18 ans). En entreprise, tout dépend des années de travail. Enfin, si on prend la définition médicale, on considère le sénior à 70 ans ». « C’est le moment où notre horloge biologique ralentit et par conséquent où l’effet de multiplication des cellules aussi ».

On vous explique : les tissus musculeux (= la sarcopénie), osseux et cérébraux se régénèrent plus lentement et peuvent se dégrader si nous n’en prenons pas soin ! Et pour cela, notre corps vieillissant doit être mis en mouvement et stimulé pour éviter que cette dégénérescence n’arrive à un âge précoce.

Et le sport dans tout ça ? La pratique d’un sport est en effet un élément à prendre en compte dans le bien-être du corps humain. Mais attention, le sport pratiqué à un âge avancé peut aussi mettre en danger ! « Le sport fait peur car cela sous-entend des notions de compétitivité, de fédérations, de clubs, … », affirme Claire Delleci. « Quelques adaptions doivent être prises en compte. Tout d’abord la compréhension de son corps : il est conseillé d’éviter les sports qui peuvent faire mal aux articulations ou au dos. On se dirigera alors vers des sports doux tels que la marche, la natation et le vélo. Cependant, un sénior sportif de haut niveau en Judo n’est pas obligé à 70 ans de tout arrêter ! Si le plaisir et la technique sont là , il est mieux pour son mental et son corps, de garder cette activité. . Qu’on soit débutant ou vétéran, pour un sénior, une activité sportive doit se faire sous la surveillance d’un médecin. »

« Pour les personnes séniors, il est préconisé de parler d’activité physique comme tout ce qui n’est pas de l’inactivité. » précise-t-elle. Aller chercher son pain à la boulangerie à pied, sortir du bus deux arrêts avant le sien sont des pratiques régulières et bénéfiques pour les séniors : augmentation de la masse musculaire, de l’appétit, renforce les articulations, la cognition, réduit la consommation de sucre.

Au 1er janvier 2020, près d’un habitant sur dix a plus de 75 ans. Cette année, l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) a affirmé qu’on peut gagner 4 ans d’espérance de vie si l’activité physique fait partie de notre vie. La vieillesse du corps ne peut être arrêtée, mais nous pouvons prendre soin d’elle afin de prévenir toutes les maladies dégénératives avec un bon équilibre entre activité physique et alimentation.

Cette deuxième rencontre a permis des échanges très riches d’enseignements, et nous remercions particulièrement les deux intervenants, Claire DELLECI, (médecin dans le Service de Médecine physique et de réadaptation au CHU de Bordeaux), et Nathalie SALLES (chef de pôle de gérontologie au CHU de Bordeaux) pour leur expertise de qualité, ainsi que Bruno Rougier, journaliste santé, pour la modération de cette soirée.

Retrouvez la conférence en replaysur la chaîne YouTube de Cap Sciences : https://youtu.be/s02D9MWixeg