Les déambulations IA et robotique : mise en oeuvre

Publié par Hélène Schwalm, le 22 juillet 2020   79

Xl dsc 03933

(suite article Les déambulations IA et robotique : le concept)

Une fois les objectifs et les inspirations consolidés, l’enjeu a été de trouver l’équipe artistique pouvant relever le défi consistant à articuler discussions scientifiques entre « experts » (chercheurs) et « non-experts » (tout public), et expérience singulière et sensible. Le choix s’est vite porté sur Sébastien Genebès, auteur et metteur scène au sein notamment de la Compagnie Bougrelas et de l’opéra Pagaï, qui est un habitué des créations dans l’espace public et a été sensible au caractère reproductible de la forme.

Des premières discussions avec l’artiste sont ainsi nées le concept des Déambulations. D’abord appelé « Bavardages – protocole expérientiel d’échange de savoirs et de non savoirs », le protocole part d’un postulat simple, celui des mérites de la marche quant à la stimulation de la pensée (en référence aux philosophes des Lumières notamment), et de plusieurs principes concomitants :

  • Le principe de « flânerie » instauré par la scénographie de parcours thématisés, dans un lieu propice à la rêverie et composé de plusieurs ambiances différentes
  • La déconstruction de la relation sachant et apprenant (et du modèle traditionnel de la conférence) par des discussions libres et aléatoires entre experts (scientifiques) et non-experts (tout public).
  • Et enfin la dimension collective et sensible de l’expérience par l'art:  écriture d’un scénario et d’une mise en scène encadrant les discussions et permettant de les archiver pour laisser une trace

Concrètement, le déroulé général est le suivant : les participants sont accueillis, choisissent un parcours  et partent, en trinôme («2 profanes/1 expert») pour 72 minutes de discussions déclenchées par une question initiale, celle posée par un enfant (par exemple : « les robots peuvent-ils tomber amoureux ? »). Les parcours minutés prévoient une circulation définie par un schéma  et le lieu choisi, et un croisement des participants (scientifiques et non-scientifiques) toutes les 6 minutes. Un temps de restitution collective est organisé à l’issue de cette déambulation. 

Le 31 mai 2018, ont donc eu lieu les premières déambulations. Le thème choisi était celui de la robotique et de l’intelligence artificielle ce qui a permis de réunir des scientifiques spécialisés en neurosciences, robotique ou encore éthique et philosophie des sciences.

Le pitch utilisé par la communication était le suivant :

Hybridation homme-machine, prophéties technologiques, singularité, machine learning, transhumanisme, etc. L'avenir que nous promettent l’intelligence artificielle et la robotique constelle notre imaginaire collectif. Anxiogènes ou désirables, selon les points de vue, ces scénarios sont définitivement fantasmatiques. Où en sont réellement les connaissances en 2018 ? Que sait-on ? Qu'ignore-t-on encore ?

L’université de Bordeaux propose une expérience singulière et sensible pour contribuer à recenser savoirs et non-savoirs : des déambulations entre « spécialistes » pluridisciplinaires et « profanes ».  Embarquez pour un exercice où peurs, croyances et connaissances se frictionneront le temps d’une soirée, pour fixer un état de l'art de l'intelligence artificielle et de la robotique aujourd'hui.

40 participants se sont rendus à l’observatoire de Floirac après s’être inscrits à une des deux déambulations proposées. La seule consigne préliminaire était de s’équiper pour la marche et de ramener un objet emblématique de 2018 à destination des générations futures.

Chaque déambulation a mis en jeu 20 participants (soit 10 binômes), 10 scientifiques et 10 guides permettant aux 10 groupes d’effectuer les 10 parcours scénarisés.

Voir feuille de route générale dans la colonne latérale gauche.

L’expérience pour le participant se découpe en 3 étapes :

  • Une phase collective durant laquelle le scénario est raconté, le déroulé décrit et les binômes créés. A noter que durant cette phase une autorisation de droits à l’image et d’enregistrement sonore est signée par tous les participants, y compris dans l’organisation.
  • Une phase en groupes durant laquelle chaque binôme suit un parcours guidé, et ainsi discute avec 4 scientifiques. Le guide enregistre toute la conversation grâce à une tablette.

Au niveau de l’organisation, le projet a nécessité peu de moyens techniques (tablettes et quelques accessoires de mise en scène) mais beaucoup de moyens humains et un travail de préparation très en amont (repérage, écriture du scénario et des feuilles de route, formation des guides et tests du matériel ) . Mais les résultats ont été à la hauteur de l’investissement puisque :

  • Les retours des participants ont été plus que positifs et le caractère « exceptionnel » de l’expérience largement souligné
  • Les déambulations ont donné lieu à 20 heures de podcasts aujourd’hui mis en valeur dans une mallette pédagogique en ligne appelée IA3
  • L’objectif de reproductibilité du protocole atteint même s’il reste à éprouver

Une nouvelle édition des déambulations est en réflexion avec le CNRS Aquitaine cette fois sur le thème des controverses scientifiques !