Qui sont les responsables du réchauffement climatique ?

Publié par Marianne Peyri, le 30 mai 2022   150

Aujourd’hui, selon un sondage, 77% des gens pensent que le réchauffement climatique est lié aux activités humaines mais 33% des gens continuent de penser qu’il est lié à des causes naturelles. Les vaches, les arbres, le soleil, la couche d’ozone et les volcans sont-ils vraiment responsables ?

Nous sommes une classe de 3ème au collège Rosa Bonheur à Bruges. Dans le cadre d’un projet scientifique nous avons participé à une visio avec Cap Sciences où un animateur nous faisait réfléchir sur les différents suspects responsables du réchauffement climatique. Parmi les suspects, nous avons évoqué : le soleil avec ses explosions solaires, les élevages intensifs de vaches avec leurs rots qui produisent du méthane, nocif pour la couche d’ozone mais aussi les énergies fossiles.

Suspect n°1 : les vaches

Elles mangent de l’herbe puis recrachent du méthane qui est un gaz à effet de serre. Les vaches ont en effet plusieurs estomacs. Lorsqu’elles ruminent, la nourriture remonte et redescend dans les estomacs. C’est ainsi que les rots se forment puis s’échappent. Cette molécule CH4 a un très fort impact sur l’effet de serre. Les excréments de vaches à cause des nitrates qui entrent dans la terre sont aussi problématiques. Cependant, globalement, les vaches ne polluent pas tant que ça. L’impact sur le réchauffement climatique n’est que de 0,4°C. Ce qui pose problème ce sont surtout les élevages intensifs.

Suspect n°2 : les arbres

La photosynthèse des végétaux consomme de l’eau (H2O), du dioxyde de carbone (CO2) et produit de l’oxygène (O2). Cette production d’oxygène dépend de l’âge de l’arbre. Si l’impact des arbres sur le réchauffement est à 0,1°C, on le doit surtout aux hommes qui utilisent le bois pour se chauffer ou fabriquer des meubles.

Suspect n°3 : Le Soleil

Les taches solaires sur la surface du Soleil, ce sont des éruptions nucléaires énormes. Or, celles-ci restent constantes au fil des siècles, donc elles ne sont pas coupables et n’ont pas d’impact sur le réchauffement climatique.

Suspect n°4 et 5 : Les énergie fossiles et l’ozone troposphérique

L’impact des énergies fossiles est de 1,6°C et l’ozone troposphérique limité à 0,4°C.

Suspect n°6 : les volcans

Il y a eu beaucoup d’irruptions volcaniques ces derniers siècles dues aux frottements des plaques tectoniques. Ces irruptions ont conduit à des émissions de gaz qui autrefois ont même pu produire un refroidissement de la planète à cause de l’épaisseur des gaz émis. Ils ne sont donc pas coupables.

Aujourd’hui le réchauffement climatique est en fait surtout dû aux hommes, à l’industrie, au transport, aux élevages intensifs et au bâtiment (chauffage), qui ensemble détruisent la planète peu à peu. Il est donc important de réduire nos consommations et la pollution.

Notre projet scientifique…

Notre classe de 3e a également fait une deuxième activité sur les littoraux présentée par le scientifique Bruno Castelle. Il nous a parlé des changements des littoraux, de leurs conséquences et des solutions pour arrêter tout ça. Nous avons de plus fait une autre activité avec Cap Sciences en équipe. C’était un quizz sur les énergies du futur.

Théo, l’animateur de Cap Sciences nous démontre que la consommation d’énergie augmente. On utilise de plus en plus de pétrole et de gaz. La proportion des énergies renouvelables augmente mais reste faible.

Nous avons appris que l’une des énergies propres du futur serait peut-être la fusion nucléaire, soit arriver à chauffer la matière à des températures extrêmes pour produire un plasma et ainsi de l’énergie.
Nous avons enfin réalisé des affiches en espagnol sur le réchauffement climatique et découvert le jeu Carboniq.

Article réalisés par Clément, Elijah, Mathias et Rayan, élèves de 3e du collège Rosa Bonheur de Bruges.

La réalisation de cet article s’inscrit dans le dispositif « Sciences en collège », mené par Cap Sciences en partenariat avec le Conseil départemental de Gironde. Il vise, avec l’aide de la journaliste Marianne Peyri, à accompagner les collégiens dans l'écriture d’articles et la réalisation de photos ou vidéos rendant compte de projets artistiques, culturels ou scientifiques initiés par les collèges de Gironde.