L’air que nous respirons est très pollué

Publié par Marianne Peyri, le 16 juin 2020   230

Xl 5e3 pollution air

La pollution de l’air serait la cause de 40 000 morts par an. La France est l’un des pays d’Europe où le taux de mortalité liée à cette dégradation de la qualité de l’air est le plus élevé.

Les conséquences sur le plan de la santé sont graves voire catastrophiques conduisant même à des maladies cardio-vasculaires ou respiratoires qui peuvent être mortelles. La pollution de l’air provoque 6.500 décès prématurés par an à l’échelle du Grand Paris selon les autorités sanitaires. Les statistiques montrent que même les pays européens censés être à la hauteur de leurs engagements environnementaux sont touchés. L’air est de plus en plus toxique pour l’Allemagne suivi de l’Italie, la Pologne et la France. Le gaz le plus répandu est le CO2 qui provient entre autres des centrales électriques qui fonctionnent grâce au charbon, gaz, pétrole…

La Terre se réchauffe à cause des gaz produits par l’activité humaine. Ceux-ci agissent comme une couverture, car ils s’accumulent dans l’atmosphère et empêchent les rayons du soleil de s’échapper. Ils dégagent du CO2 et autres gaz comme : le méthane et l’oxyde d’azote rejetés par l’agriculture (élevages et cultures). 

Dans les grandes villes l’air est également de plus en plus pollué. Sa qualité est mesurée par un indice qui montre que les émissions de soufre ont fortement diminué depuis que les voitures sont équipées de pots catalytiques. Le dioxyde de souffre s’élève dans l’air, se mélange à la vapeur d’eau et pénètre dans les nuages. Il retombe sous forme de pluies acides. 

Pauline, Mélina, Feyna, Julia, Clément en 5e3 du Collège de Carbon-Blanc

La réalisation de cet article, élaboré par les élèves à partir de divers documents et publications de presse, a été initiée et chapeautée par Fanny Billé et Céline Le Basque, professeur de Lettres et professeur documentaliste du collège de Carbon-Blanc, dans le cadre d’un projet, menée en 2019-2020 au sein du collège sur le thème de « Environnement et engagement citoyen par le biais du dessin et de l'article de presse ».  

Cette réalisation s’inscrit également dans le dispositif « Sciences en collège », mené par Cap Sciences en partenariat avec le Conseil départemental de Gironde. Il vise, avec l’aide de la journaliste Marianne Peyri, à accompagner les collégiens dans l'écriture d’articles et la réalisation de photos ou vidéos rendant compte de projets artistiques, culturels ou scientifiques initiés par les collèges de Gironde.