La pollution des mers et de l'Océan

Publié par Marianne Peyri, le 16 juin 2020   370

Xl 5e4 pollution mers

De nos jours nous constatons que mers et océan sont fortement pollués. Dans le monde, nombreuses sont les villes qui rejettent leurs eaux usées -sans les traiter au préalable- ainsi que tous leurs autres déchets directement dans les fleuves et les mers. Cela pollue énormément, notamment les eaux côtières...

De plus, les usines déversent souvent dans les fleuves et les mers des produits chimiques, lesquels sont toxiques. Les pétroliers, quant à eux, causent parfois de grandes catastrophes ; les navires vident leurs cuves en mer ce qui est pourtant interdit ! Cela crée des marées noires ou des dégazages. En outre les engrais finissant dans les rivières et dans les mers contribuent à la prolifération des algues qui envahissent les plages et les eaux côtières. Les sacs en plastiques qui sont jetés dans la mer tuent aussi des poissons et autres espèces marines. De plus ces sacs ne sont biodégradables qu’au bout de 200 ans...

« J’ai été effrayé d’apercevoir des morceaux de plastiques qui flottaient au beau milieu de l’océan Atlantique », témoigne François Gabart, recordman du tour du monde à la voile. Certains déchets peuvent être là depuis des années ! Ces plastiques peuvent être plus ou moins visibles mais leur nombre croissant a fait qu’ils ont fini par former un « continent ». « Sur les bateaux pendant la course, nous stockons les déchets non biodégradables et nous les ramenons à bon port pour qu’ils soient recyclés », précise le navigateur.

 Des conséquences dramatiques pour les coraux

Les récifs coralliens abritent 25% de la biodiversité de la marine mondiale, ils hébergent plus de 100 000 espèces de coraux. La majorité des récifs se situent dans des océans peu profonds. Dans certains endroits, cette biodiversité a donc été détruite à cause de la pêche à la dynamite, du dragage des matériaux, des ancres de bateaux mal placées, de l’évacuation des eaux usées nuisibles aux coraux et des rejets des pesticides… Et cette situation perdure !

Des alluvions, des engrais et des produits chimiques sont rejetés des usines ainsi que des mines, or ils peuvent tuer des poissons et sont très dangereux pour les Hommes. Le gouvernement égyptien fait par exemple des efforts pour préserver le Nil, mais ce dernier reste rempli de déchets. Des matières toxiques sont aussi rejetées dans l’Amazone. 

Une digue en mer d’Aral pour limiter la salinité        

En 1960 la mer d’Aral était le 4ème plus grand lac de la planète. Aujourd’hui le niveau de ce lac a fortement diminué à cause des activités humaines. Cela a entraîné la disparition de nombreuses espèces qui la peuplaient car elles ne pouvaient pas y vivre à cause de la salinité désormais élevée et des forts taux de pesticides.

Entre 1989 et 2008 la mer d’Aral a perdu 90% de son volume initial, notamment du fait du détournement de cours d’eau qui l’alimentaient au profit de la culture du coton. Les plants de coton consomment en effet beaucoup d’eau et les pesticides utilisés sont extrêmement dangereux. Une digue a été construite ce qui a permis d’augmenter le niveau des eaux de la mer d’Aral et de diminuer leur salinité. Cette mer compte aujourd’hui 15 espèces de poissons. Les conditions sont maintenant favorables et cela a créé de l’activité économique.

Inès D., Inès G., Sana B., Florian C. de 5e4 du Collège de Carbon-Blanc

La réalisation de cet article, élaboré par les élèves à partir de divers documents et publications de presse, a été initiée et chapeautée par Fanny Billé et Céline Le Basque, professeur de Lettres et professeur documentaliste du collège de Carbon-Blanc, dans le cadre d’un projet, menée en 2019-2020 au sein du collège sur le thème de « Environnement et engagement citoyen par le biais du dessin et de l'article de presse ».  

Cette réalisation s’inscrit également dans le dispositif « Sciences en collège », mené par Cap Sciences en partenariat avec le Conseil départemental de Gironde. Il vise, avec l’aide de la journaliste Marianne Peyri, à accompagner les collégiens dans l'écriture d’articles et la réalisation de photos ou vidéos rendant compte de projets artistiques, culturels ou scientifiques initiés par les collèges de Gironde.