L’archéologie, un métier très physique

Publié par Marianne Peyri, le 7 juin 2023   300

Le métier d’archéologue est un métier qui demande de la patience et beaucoup de pratique. Manuela Simula témoigne. 

Pour pouvoir être archéologue il ne faut pas seulement faire des études mais il faut également être prêt physiquement car les conditions de travail ne sont pas les meilleures. L’archéologue se retrouve à gratter la terre dans des position différentes et pas forcément les plus agréables. Par exemple, un archéologue peut se retrouver à plat ventre ou accroupi.

Manuela Simula, archéologue, qui est venue, faire une intervention dans notre classe, compare ces conditions de travail à celle du BTP et affirme que c’est un métier fatigant où on peut se retrouver de longues heures accroupi ou couché sur des planches de bois dans des positions inconfortables. Elle dit avec humour « qu’à 45 ans, on commence à le sentir ! ». Il y a aussi les fouilles subaquatiques, ce sont des fouilles sous l’eau. L’archéologue affirme que « c’est métier dur physiquement où l’on travaille tête en bas, il y aussi les différences de pression. »

La météo : l’adversaire de l’archéologue ?

La météo joue un rôle important, un archéologue peut se retrouver à travailler avec des températures très chaudes ou très froides. Lorsqu’il fait très chaud, les objets deviennent tous blancs. Il faut arroser en permanence les sols pour arriver à voir les couleurs marron et jaunes, sinon cela ne sert à rien de fouiller si on ne voit pas les différentes couches de terre ou si on ne voit pas les objets dans le sol.

Quels vestiges peut-on trouver ?

Lors des fouilles, les archéologues peuvent trouver divers objets comme par exemple des ossements, des bijoux, des contenants, plus rarement des vêtements. En effet la laine, le lin comme le bois se détériorent naturellement. On peut également trouver du métal comme des boucles de ceinture, de traces de pollens issus des fleurs, ou encore des vis de tombeaux en bois.

Quel est le rôle de l’INRAP (Institut National de la Recherche Préventive) ?

Avant que le dépôt de permis de construire ne soit déposé pour par exemple des bâtiments, lignes de chemins de fer…, un diagnostic archéologique est effectué (ça consiste à faire des mini fouilles avec des mini tranchées). Si une découverte importante a lieu, le chantier de fouille sera pris en charge par une équipe spécialiste de la période historique. C’est un organisme semi-public, les résultats des fouilles, eux, par contre sont publics. Près de 95% des fouilles sont le fait de l’archéologie préventive.

Article réalisé par Veli, élève de 3e, élèves au collège Jacques Ellul de Bordeaux.

La réalisation de cet article s’inscrit dans le dispositif « Sciences en collège », mené par Cap Sciences en partenariat avec le Conseil départemental de Gironde. Il vise, avec l’aide de la journaliste Marianne Peyri, à accompagner les collégiens dans l'écriture d’articles et la réalisation de photos ou vidéos rendant compte de projets artistiques, culturels ou scientifiques initiés par les collèges de Gironde.