Poussez les portes du chantier de l'Argonautique !

Publié par Marianne Peyri, le 22 juin 2023   410

Découvrez en photos les coulisses de l'Argonautique, association basée à Gujan-Mestras en Gironde, où des bénévoles construisent des bateaux anciens et notamment le dernier maquereautier du bassin d'Arcachon.

Les bénévoles de l’association Argonautique construisent une pinassotte.

La pinasotte Canaleyre est mise à l'eau pour de premiers tests.
Une barque vue de dos en attente de rénovation.
Maquereautier de 8 m en construction. Le chantier avait été mis à l’arrêt un long moment faute de charpentier naval.
Une scie électrique pour tailler le bois.
La pinasotte « Canaleyre »
Hangar du Chantier naval du patrimoine maritime qui accueille l’associations L’Argonautique
Pancarte de l’asso Argonautique
Jean-Pierre De Wit, responsable du musée des maquettes, nous présente les anciens outils de fabrication de bateau.

Légende photo de Une : Construction du monotype Lou Crassat.

Article et photos ( dont certaines archives données par l'Argonautique) réalisés par Enzo, élève de 5e du collège Chante Cigale de Gujan-Mestras. 

Le Maquereautier : le dernier du Bassin 

Membre de  l’association de l’Argonautique, Gilles Castadet nous a présenté un voilier spécialisé pour la pêche au maquereau, le Maquereautier. C’est le dernier exemplaire présent sur le bassin d’Arcachon.

Le maquereautier est actuellement en construction au chantier de l’Argonautique. Son chantier, qui a démarré il y a 2 ans, a été stoppé suite au départ du charpentier de marine mais il va désormais reprendre. Les membres de l’association ont conçu les plans à partir de photos.

Comment le bois prend-il la forme de la coque (en courbe)?

Ils font chauffer des bouts de bois d’acajou dans de la vapeur pendant 48h un par un. Au bout de cette période, ils sortent la pièce de construction puis la tordent pour former une couple (morceau le plus large) ou membrure (le plus fin) placée verticalement. Pour l’extérieur du bateau, ils reproduisent la même tâche pour les bordées qui à l’inverse sont placées horizontalement et tordues en fonction de la forme de la coque.

Photo : On peut voir sur cette photo la bordée, la couple et la membrure.

L’acajou est-il utilisé pour fabriquer des bateaux à l’époque ?

Non, car les anciens n’avaient pas les moyens d’aller chercher des bois exotiques. Ils utilisaient donc du pin, d’où le nom de « pinasse », le bateau typique du bassin d’Arcachon.

Comment le bateau est-il rendu hermétique ?

Grâce au calfatage ! Le calfatage est l’action de placer du tissu entre les bordées grâce à un maillet à calfater et un fer à tailler pour éviter que l’eau ne passe entre les morceaux de bois (suite à ce qu’il ait gonflé avec son contact avec l’eau). Cette technique existe depuis 7000 ans. Elle était utilisée par les Phéaciens.

Combien de personnes ce bateau peut-il accueillir ?

Selon Gilles Castadet, ce voilier d’environ 8 mètres peut accueillir 8 personnes.  De plus, il nous a affirmé que la longueur du mât est proportionnelle à la longueur du bateau.

Article réalisé par Gabin Deroche,Louka  Dias, Nino Pascutto, élèves de 5°9, du collège Chante Cigale de Gujan-Mestras.

La réalisation de ces articles s’inscrit dans le dispositif « Sciences en collège », mené par Cap Sciences en partenariat avec le Conseil départemental de Gironde. Il vise, avec l’aide de la journaliste Marianne Peyri, à accompagner les collégiens dans l'écriture d’articles et la réalisation de photos ou vidéos rendant compte de projets artistiques, culturels ou scientifiques initiés par les collèges de Gironde.